Archive

Posts Tagged ‘Magali Babin’

Soundwalks at metro de la Concorde in Laval, QC

November 20, 2012 Leave a comment

Soundwalks at metro de la Concorde.

Part of the Audioparc event at Galerie Verticale in Laval, commissioned by Magali Babin.

Balade; balader.

I want to propose the notion of “balade sonore” as French translation for the English term soundwalk. Instead of “marche sonore” which seems a bit too military, or promenade, which evokes the idea of walking to show oneself, or even “dérive” in which like the Situationists one might seek to be completely lost or disoriented, I like the idea of “balader” …  to do a “balade” –which has the same root in French as the word for song. A balade is also a way of slowing down. A balade is a bit vague. Not exactly lost, but not at all rushed. Slow, attentive, alert to all sounds, with all senses, all sensations.

A balade sonore or soundwalk is a form of creation and method of research that utilizes listening and sometimes recording as a way to explore a place on foot. Each soundwalk can be considered in a musical fashion, as a mnemonic tool, or as a source of information about the environment. People’s listening experiences can become the point of departure for conversations that bring together the epistemological, aesthetic and ethical dimensions of the places where sounds are found, and these same dimensions can be found in the detailed reflections of participants in soundwalks, in listening sessions afterwards, and in reaction to artworks which come from soundwalks.

Listening

There are many ways to listen. One can listen like a musician, thinking of the melodies, harmonies and rhythms of the sonic environment. One can create a musical piece out of the sounds heard. One can listen sensually, like a poet, linking senses — the touch of sound, the noises of images, the taste of a location. One can listen to sounds politically, thinking of which sounds mask others, which are more present, which dominate. Because we walk in a group, we can reflect on the internal dynamics of that structure. What can one hear of the group> Does this structure give our listening a certain dynamic or constrain it? One can listen historically to the place, thinking of the history of a certain place or culture, one can imagine its history, the people who lived there before, the sounds that are now gone, changed, or amplified. It is also possible to create imaginary bridges between different sounds, sonic resemblances that connect spaces separated in time and space, one place calling to another, echoing, producing an imaginary place in between that has characteristics of each. And one can listen as if listening to a lover. One can reserve a certain sort of attention, a certain kind of intent listening towards the sonic environment, which resembles the kind of listening that we do in the company of someone we love. With the Soundwalking Interactions project, we wish to concentrate our attention on the participants of soundwalks, and wish to talk to them about their different intentions and their specific responses to the sonic environment, their approaches to listening while moving through places.

I walked in the area around Metro de la Concorde in Laval, several times between June and September 2012. Here are some comments on what I heard during those walks.

La Route Verte.

Everyone loves the colour green. Close to the metro, there is a “route verte”, a cycling path that is also accessible to pedestrians. But I ask myself here, what does green signify in this context? A narrow asphalt laneway between barriers, cloistered between railway and parking lots, barriers of 2 to 3 metres in height, made of plastic and steel. Perhaps it is a green route just because of its very existence, a way that permits cyclists to quickly go from one place to another. But for pedestrians, who gain access only at street corners, there is no way out for long stretches, everything is closed off. Is this a green experience?

Close to here, I stand under large electrical structures while late-summer insects sing in the weeds underneath. Many insects, signalling the end of summer and beginning of school. Buzzing like electricity.

I think about the paths and what they might mean. There are ornamental paths that go nowhere, aesthetic paths of reddish stone that lead to a fence blocking the route or go round in circles. Will l listen differently on those paths? (self-consciously perhaps) Will my listening be more open or more linear, in between the lines? On escalators, rising and falling next to each other in the metro, is my listening directed by the rhythms felt underfoot?

There are different modes of transport integrated here: train, subway, buses, cars, pedestrians, cyclists. Which are most important in the design of the metro? Who uses this place at what times? According to what I found, after  the 9 am rush finishes, it is cyclists who pass through most in the morning, around the metro itself. A bit further off, the sound of traffic is constant. There is little movement in the parking area after rush hour. Pedestrians walk from one entrance to another, but few seem to frequent the pleasant sitting space with wooden walkways and benches surrounded by tall grasses and subway vents, near the metro door.

A string of pearls

I think of our soundwalk near the Metro as like a string of pearls, where each sonic moment is one pearl on the string. Moments of listening stillness, moments of group listening-walking, moments where we stand and comment on what we have heard. Each moment has a distinct ambience, made of the movements of the group, the sounds of the environment, other sensations, and the effects of the commentary. The de la Concorde soundwalk contained many of these pearls, each a few minutes long, held together by listening. Walkers spoke of the eerie quietness of the residential area nearby, the lack of pedestrians on the street compared with more downtown locations. Walkers also remarked on the long length of the blocks, made more on car scale than on pedestrian. The most ubiquitous sound on the soundwalk was that of cars (comme toujours!) Close to the metro, people remarked on the strange and other-worldly breathing and creaking noises made by the subway vents, sounds that we heard as well in the installation of Jen Reimer and Max Stein.

The soundwalk was followed by a different soundwalk led by Eric Leonardson of Chicago, focused through interaction with stones picked up at the site, on the hill next to a vent (and replaced there afterwards). The group moved from one part of the site to another, clicking the stones to activate the architecture acoustically, at times conducted by Leonardson who asked different parts of the group to play to each other.

Advertisements

Les balades de la Concorde, Laval, QC le 29 septembre, 2012

October 22, 2012 Leave a comment

Les balades de la Concorde

Andra McCartney

Laval, QC, le 29 septembre, 2012

The soundwalks at Metro de la Concorde in Laval by myself and Eric Leonardson were part of the Audioparc event, commissioned by Magali Babin for Galerie Verticale. These are some thoughts that I had about the location and process. Soundwalks, balades sonores.

Balade, balader.

J’aimerais proposer, comme traduction au terme « soundwalk », la notion de balade sonore. Au lieu de marche sonore, qui semble un peu militaire, ou bien promenade, qui suppose qu’on s’y montre soi-même au monde, ou bien dérive, comme chez les Situationistes où on est tout perdu, j’aime la notion de se balader, de faire une balade (avec la même racine que la balade musicale). Une balade est aussi une façon de ralentir. Une balade est un peu vague, lente. Pas exactement perdu, mais pas pressé du tout. Lente, attentive, alerte à tous les sons, avec tous les sens, toutes les sensations.

 

La balade sonore est une forme de création et une méthode de recherche qui utilise l’écoute et parfois l’enregistrement des sons d’un lieu exploré à pied. Chaque son peut y être considéré de façon musicale, comme outil mnémonique, ou bien comme source d’information sur l’environnement. Les sons concrets recueillis peuvent servir de point de départ à une conversation liant les dimensions épistémologiques, esthétiques et éthiques des lieux qu’ils remplissent; ces mêmes dimensions se retrouvent inévitablement dans les témoignages souvent détaillés des participants aux marches sonores ainsi qu’aux sessions d’écoute et installations qui en découlent

 

Écouter

Il y a plusieurs façons d’écouter. On peut écouter comme une musicienne, penser aux mélodies, aux harmonies et aux rythmes de l’environnement sonore, on peut créer une pièce musicale avec les sons entendus. On peu écouter sensuellement, comme une poète, en tentant de lier les sens, le toucher du son, les bruits des images, la saveur d’un lieu. On peut penser aux relations politiques entre les sons, lesquels masquent les lesqueles, lesquels sont le plus présent, le plus dominant. Puisque nous allons nous déplacer en groupe, nous pouvons aussi réfléchir à cette dynamique interne. Qu’est-ce qu’on peut entendre du groupe? Est-ce que ce format, ce structure fournit un cadre à notre écoute? On peut connecter l’écoute avec l’histoire, l’histoire spécifique d’un lieu ou l’histoire de sa culture, on peut imaginer son passé, les gens qui fréquentaient cet espace, les sons qui sont maintenant disparus, changés, amplifiés ou éteints.

 

On peut aussi créer des liens imaginaires, des ponts sonores entre différents lieux, des ressemblances sonores qui connectent des espaces séparés, créant ainsi des échos dans l’imagination, un lieu criant à l’autre, produisant dans l’imaginaire un paysage avec les couleurs, les teintes, les gestes sonores d’un idéal entre le lieu présent et l’imagination des autres lieux.

 

Et bien sûr on peut écouter comme un amant, une amante. On peut, comme le suggère la philosophe Luce Irigaray, réserver une certaine sorte d’attention, une certaine sorte d’écoute pour l’environnement sonore, qui ressemble à l’écoute que nous avons pour personne qu’on aime et qu’on voudrait comprendre, tout en sachant que la compréhension totale est impossible.

 

Avec le projet « la marche sonore comme processus d’interaction, »  nous voulons concentrer notre attention sur les participantes et participants des marches sonores, nous voulons parler avec eux pour connaître leurs différentes intentions, leurs réponses spécifiques à l’environnement sonore. 

 

J’ai balader moi-meme autour du métro plusieurs fois et j’ai écrit des idées qui s’agit de l’environnement sonore d’ici, et l’organisation des lieux pour piétons.

 

La route verte

Tout le monde aime la couleur verte. Comme ici, pres du métro, à la Route Verte, une piste cyclable aussi accessible aux piétons. Mais je me demande, qu’est-ce que « vert » signifie dans ce contexte? Un défilé étroit entre deux barrières, entre la voie ferrée et les stationnements privés, des barrières de sept à neuf pieds de hauteur, tout fait d’acier et de plastique. Peut-être que c’est une route verte de par son existence même, une voie qui permet aux cyclistes pour aller vite d’un lieu à un autre. Mais pour les piétons, mis à part un unique accès au coin de la rue, cette route n’a aucune issue, tout est barré, une longue route qui mène à la distance, sans échappement. 

 

La vue des grandes structures électriques me rappelle le lien entres les sons des insectes et ceux de l’électricité. Il y a beaucoup d’insectes qui résonnent ici, pres des structures: des cigales, des grillons, des sons qui me signalent la fin de l’été et le début de l’école. 

 

Je pense aux pistes et à ce qu’elles signifient. Il y a des pistes ornementales autour du métro, des pistes rouges qui se baladent en vagues autour de la place publique. Des pistes inutiles qui tournent en rond ou qui aboutissent à un mur. Est-ce que je vais écouter d’une façon différente selon la piste suivie? Mon écoute sera-t-elle plus ouverte ou plus linéaire? 

 

Ici on a différents modes de transport qui s’intègrent: le train, le métro, les autobus, les automobiles, les piétons, les cyclistes. Lesquels sont les plus importants dans le design du métro? Qui utilise les lieux? Selon mes observations, ce sont les cyclistes qui dominent en matinée, après 9h00. Le trafic automobile est toujours là comme ambiance. Il y a peu de mouvement dans le stationnement pendant la journée. Les piétons marchent d’une entrée a l’autre, mais il n’y a pas beacoup de gens qui fréquentent cette éspace ici, qui est si sympathique.

 

Un collier de perles.

On peut penser a la balade sonore comme une sorte de collier des perles, où chaque moment sonore devient une perle sur la ficelle. Des moment immobiles et silencieux, immobiles et commentés, mobiles et commentés, mobiles et silencieux. Chaque balade peut avoir une ficelle de moments uniques — quelques minutes à se promener silencieusement suivis de quelques minutes de commentaire en groupe immobile, suivi de quelques minutes sans commentaire, etc. Chaque possède une ambiance distincte, qu’il s’agisse des bruits du groupe en mouvement, des sons de l’environnement, des autres sensations, ou de l’effet des commentaires. 

 

Les discussions à la fin d’une balade sonore sont tellement importantes. Je m’intéresse beaucoup aux idées des gens qui participent aux balades, les différentes histoires sonores construites par chaque personne qui se promène avec moi, chaque baladeur et baladeuse. Quand on partage des idées en discussion on apprend beaucoup autour des expériences sonores si uniques et complexes du monde. Et ces discussions-ci deviennent le fondation des trames sonores qui sont montées sur notre site-web de recherche et de vidéos sur notre canal youtube, pour devenir une sorte de souvenir de cet évenement. 

 

Alors, j’ai hâte d’écouter et marcher et de parler avec vous de ça. Merci.

 

Résonances de la Fontaine

May 27, 2012 1 comment

Le 19 mai dernier,

(An English version of this text can be found here)

(Enregistré par Andrew Simpson)

Le 19 mai dernier, les membres de La marche sonore comme processus d’interactions ont produit une captation sonore des Résonances de la Fontaine, qui ont eu lieu au Parc Lafontaine. Cette performance est basée sur une pièce sonore environnementale écrite par Malcom Goldstein en partenariat avec notre groupe de recherche. Sur la partition écrite par Goldstein, il est noté que « la performance musicale est le résultat d’une expérience d’écoute du Parc Lafontaine, ces sons environnementaux se voyant transformés à travers un jeu improvisé par les musiciens ainsi que les responsables de la captation (que Goldstein nomme les sound-recorder people) ». Il ajoute, « les sons de l’environnement ne doivent pas être imités; ce sont plutôt les résonances des ces matériaux sonores, les textures, les qualités tonales, les bruits, les articulation rythmiques et les dynamiques qui constitueront la base du jeu musical.

Après une courte réunion de production, les 6 interprètes (musiciens et responsables de la captation) se sont dirigés vers six lieux d’écoute dispersés à travers le parc, et choisis à même une liste de dix emplacement préparée par Goldstein (ces zones sont encerclées sur le plan situé ci-dessus). Je me suis attardé à deux stations situées près de l’eau, puis je me suis dirigé vers le terrain de balle-molle, pour finir avec les deux stations qui bordent la rue Sherbrooke jusque dans le coin sud-ouest du parc. Ma palette auditive s’est composée notamment de sons reliés au trafic automobile, ainsi que deux avions, quelques chants et vocalisations, le son de l’eau qui coule, les sons typiques de la pétanque, les bruits momentanés des discussions et des pas, quelques sons provenant du terrain de balle-molle, et les cris des enfants qui jouaient à proximité.

La performance a duré presque une heure, de 17h à 18h, durant une belle journée calme et ensoleillée. Goldstein a mis l’emphase sur l’improvisation, donnant à ce jeu une dimension ouverte basée sur l’écoute mutuelle et laissant beaucoup d’espace aux interprètes dans ses instructions. Il n’y a eu aucune répétition. Pour Goldstein, improviser signifie rompre avec de vieilles habitudes et intentions, rompre aussi avec les sons, les rythmes, les techniques et les gestes familiers. Ce travail de l’improvisation n’est pas sans défi pour les responsables de la captation; en effet, le simple fait de pointer un microphone relève déjà d’une intention, d’un geste motivé. Cette démarche nous a donc permis d’aborder l’enregistrement d’une manière moins focusée. Durant les semaines à venir, nous nous pencherons sur nos expériences respectives de cette performance en relation avec les thèmes de la marche sonore, de l’improvisation, ainsi que du rôle de la création, de l’écoute et des technologies sur la production de cet événement ainsi que son déroulement.

Prenez donc le temps d’écouter cette performance, et n’hésitez pas à nous faire parvenir vos commentaires et observations.

Résonances de la Fontaine

May 27, 2012 1 comment

(Recording by Andrew Simpson)

Une version française de ce texte se trouve ici

On May 19, members of the Soundwalking Interactions research group participated in the Résonances de la Fontaine performance, which took place in Parc Lafontaine, as sound recordists (or, as “sound-recorder people,” as Malcolm Goldstein puts it in the score).  As already noted on this site, Resonances de la Fontaine is an environmental sound piece by Malcolm Goldstein in collaboration with the Soundwalking Interactions research project.  In the score, which is comprised of two pages of notes and instructions written by Goldstein, he writes: “the music performance is the realization of a listening experience in Parc Lafontaine, Montreal—the sounds of that environment transformed through the improvised play of instrumental musicians and sound-recorder people.”  Adding:  “the sounds of the environment are not to be imitated.  Rather, ‘resonances’ of this source material/sounds are to be played with—textures, tonal and noise qualities, rhythmic articulations, dynamic shapes, etc.—performed and extended.”

After a brief production meeting (and lunch) on the day of the performance, the six performers spent time listening at six distinct sounding stations in the park.  We were given ten sections to choose from, which are marked by circles on the above map of Parc Lafontaine.  I spent time listening and recording at two stations near the water, in the pétanque area near the centre of the park, in the area around the baseball diamond, in addition to the two sections running along rue Sherbrooke, one of which is almost in the ‘south-east’ corner of the park.  My aural palette for the performance consisted of traffic sounds, two airplanes, singing, vocalizations, moving water, pétanque sounds, various groups of people talking, various footsteps, a few baseball sounds and the sounds from the children’s play area near the baseball diamond.

The performance lasted nearly one hour, from 5-6 PM, on a very sunny, beautiful, hot and mostly still day.  Goldstein emphasized ‘improvisation,’ remaining ‘open,’ listening to each other and allowing for ‘space’ while giving his instructions for the performance.  There was no rehearsal.  For Goldstein, improvisation means trying break from old habits, intention(s), familiar sounds, rhythms, techniques and gestures.  While working with a conception of improvisation that negates intention is complicated for sound recordists, in that, picking up a microphone is an act of intent, the recordists attempted to gather sounds in a less focused way.  In the coming weeks, the Soundwalking Interactions group will be thinking and writing about our experiences in Parc Lafontaine in relation to soundwalking, improvisation, creating meaning, performance, listening and the role/influence our technology played in the production process leading up to the performance, in the creation of our palettes and during the performance.

Please have a listen and let us know what what you think.