Archive

Archive for the ‘Textes en français’ Category

Dance Dramaturgy: Returning to the Memory of the Event (2) / Retour sur la mémoire d’un événement (2)

(Version française ci-dessous/ French version below)

In February 2014, I contacted the participants of a Soundwalking Interactions (SI) performance-installation, presented at York University for the Dance Dramaturgy conference in June 2011, to enquire on their memories of the project. At SI, we were interested in learning if this project might have affected their subsequent work, and in how their memories of the experience took shape. How does the memory of such an embodied experience translate into words? How to account for the elusive remains of an encounter between artists of different disciplines and the experience of immersive environments? Collaborations often work mysteriously; others’ ideas infiltrate one’s own and, in the case of performance, blend into an ephemeral production that survives mostly in memory, with videos and photographs sometimes providing an imagery for the experience. Such encounters may influence and further inspire artists in their work, for their vision may have momentarily met another’s and created a communality of interests that persists in time and memory. Similarly, the memory of an immersion within the environment of a performance may exert an influence on further artistic work. The embodied mind remembers and may partially reproduce the experience throughout subsequent works.

The Dance Dramaturgy performance-installation was a choreography structured by a soundwalk and by dancers improvising in a responsive environment. The performers’ movements activated edited sound excerpts from the walk in different sections of the installation and traces of those spatial explorations also appeared as colored projections onto a screen. The result could be considered as a multilayered score of different traces of embodied memories: firstly those from the soundwalk in a park in Toronto, secondly those from the rehearsed improvisations and creative process and finally, the real-time responsive colored projections also offered ephemeral traces of the live performers’ improvised movements. With this project of returning to the memory of the performance, we are adding an additional layer, one that is perhaps even more difficult to seize: the lasting but ethereal traces of a performance in the participants’ memory.

The participants came from different disciplines: sound arts, digital media arts and dance. They seemed to share an interest for using landscapes and soundscapes as playgrounds for creation and artistic inspiration, both in their previous and subsequent works. I gathered the accounts of four participants, via email exchanges with two of the dancers, Jesse Dell and Tracey Norman, and a recorded conversation between artists/scholars Andra McCartney and Don Sinclair, who both initiated the project.

The two dancers described their experience as two different moments in time: firstly the experience of the soundwalk and then the collaborative work. In one account, the memory of the walk was very detailed and multi-sensorial: “ I remember my rubber boots and my red rain coat. I remember the sound of the planes in the sky, the trickling of the stream we briefly stopped at, the sound of our steps in the gravel, the sounds of our steps breaking small twigs and sticks on the ground.” (Jesse) The other account expresses how the memory of the walk permanently transformed the space for this other dancer’s continuing experience of the park: “I remember very clearly our walk through the ravine and I now live very close to where we started the walk – in the St-Clair West area- and so whenever I pass by I think of it. When I walk through the ravine I’m quite aware of the sounds and how they change from season to season because of the soundwalking project.” (Tracey) Both accounts detailed different appropriations of the same event, the former returning in memory to her personal embodied and sensorial perspective of the walk, the latter inscribing the memory of the walk and furthering its impact on everyday walking practices.

One dancer also mentioned how the walk as well as the collaboration between artists of different disciplines contributed to bringing “a larger basis of experience, understanding and relationship moving into creation.” She further adds: “it helped create a truly multimedia experience with many layers.” (Tracey) Don Sinclair also described this interdisciplinary collaboration as “communicating through different means and modes throughout the process” which gave the project different “layers of knowledge”. Both Andra McCartney and Don Sinclair insisted during their conversation on how the dancers brought a different embodied understanding to the soundwalk and the creative process, one that they were unfamiliar with: “it made me much more attentive about the walking part of soundwalking as well as the listening part, which I was much more focused on in the past, coming out of sound ecology.” (Andra) She described how this collaboration with dancers helped her in developing more awareness about the flocking movements of the groups she led during other soundwalks, and helped her to better transfer the lead of the walk to others by simply following these impulses coming from the group.

The way that the dancers physically engaged their bodies into exploring the walk together had already sketched a score for the performance. The rehearsals organized the memories of their movements as a flock and as individuals during the walk, generating a structure for the improvised performance. Throughout our exchange, Jesse remembered finding a heavy metal handle during the walk that made a sound that she particularly liked, and she repeatedly played with this sound during the performance. The dancers’ bodies communicated through movement the landscape and soundscape that they remembered from the walk. In a conversation published online on The Dance Current,[1] Bee Pallomina (another dancer from this SI project) speaks about her method of creation for a subsequent work as “moving not as ourselves but as a landscape”. Perhaps her experience of soundwalking as a creative process for the performance-installation has informed her understanding of “moving as a landscape”. Undoubtedly, her interests remain in close connection with the work produced with Soundwalking Interactions.

The dancers perpetuated in their dance the memory of the soundwalk’s landscape and soundscape and the space they created was further transformed with the projections remixing their live movements within the performance-installation. Could all performances be considered as the remixed memory of a creation process and rehearsals? Traces of previous works surviving in subsequent works also are, in a way, remixing this memory once more. Accounts of performances are deemed to be partial but if pieced together, they may bring a larger perspective on the lasting remains of performances and on the intricate influence of collaborations.

Link to other posts on the Dance Dramaturgy performance-installation:

https://soundwalkinginteractions.wordpress.com/category/dance/

For more information on the participants’ works:

Andra McCartney:

http://coms.concordia.ca/faculty/mccartney.html

Don Sinclair:

http://www.yorku.ca/dws/research-creative.html

Tracey Norman:

http://traceynorman.com/home.html

https://vimeo.com/92143980

Jesse Dell:

http://jessedell.com

http://www.jddance.ca

https://www.youtube.com/user/jessedell

Bee Pallomina: http://www.thedancecurrent.com/review/understory-understory

[1]See Bee Pallomina on her piece The Understory: http://www.thedancecurrent.com/review/understory-understory

 

Version française:  

En février 2014, j’ai approché les participants d’une ancienne performance-installation des Soundwalking Interactions (SI), qui avait été présentée à l’Université York pour la conférence Dance Dramaturgy en juin 2011, afin de les questionner sur ce qu’ils/elles retiennent de ce projet. Avec les SI, nous cherchions à savoir quelle forme a pu prendre leur souvenirs, et si ce projet a pu influencer d’autres créations auxquelles ils/elles auraient participé subséquemment. Comment le souvenir d’une telle expérience incarnée se traduit-il en mots? Comment revenir sur les traces insaisissables d’une rencontre entre artistes de différentes disciplines et sur l’expérience d’un environnement immersif? Le travail de collaboration fonctionne parfois de façon mystérieuse; les idées d’autrui infiltrent les idées de l’un/e et, dans le cas de la performance, se fondent en une production éphémère qui survit principalement dans la mémoire des participants, les captations vidéo et les photographies procurant parfois une imagerie retraçant cette expérience. De telles rencontres peuvent marquer et inspirer le travail des artistes, puisque leur vision s’est momentanément jointe à celle d’un/e autre et a ainsi créé une communauté d’intérêts qui résiste au temps et s’inscrit dans la mémoire. Le souvenir d’une immersion dans l’environment d’une performance peut également exercer une influence sur la démarche artistique. La conscience incarnée a une mémoire et peut reproduire partiellement cette expérience lors de créations subséquentes.

La performance-installation de la conférence Dance Dramaturgy était une chorégraphie structurée par une marche sonore et par les improvisations de danseuses dans un environnement interactif. Les mouvements des danseuses activaient des extraits sonores modifiés de la marche dans différentes sections de l’installation et les traces de ces explorations spatiales apparaissaient comme projections colorées sur un écran. Le résultat pourrait se décliner en une partition étagée de différentes traces de souvenirs incarnés : d’abord celles de la marche sonore dans un parc de Toronto, ensuite celles des pratiques d’improvisation et du processus de création et finalement, les projections colorées réactives reproduisaient en temps réel les traces éphémères des mouvements improvisés par les danseuses. Ce présent projet de retourner à la mémoire de cette performance ajoute une couche supplémentaire à ces traces, peut-être une encore plus difficile à saisir : celle des traces durables, mais éthérées, de la performance dans la mémoire des participants.

Les participants provenaient de différentes disciplines : les arts du son, les arts médiatiques et numériques et la danse. Ils semblaient partager un intérêt pour l’utilisation de paysages et environnements sonores comme terrains de jeu pour la création et l’inspiration artistique, dans leurs travaux précédents comme subséquents. J’ai rassemblé les témoignages de quatre participants, à travers des échanges courriels avec deux danseuses, Jesse Dell et Tracey Norman, et à travers une conversation enregistrée entre les artistes-chercheurs Andra McCartney et Don Sinclair, qui ont tous deux instigué le projet.

Les deux danseuses ont décrit leur expérience en deux temps : d’abord l’expérience de la marche sonore et ensuite celle du travail de collaboration. Dans l’un des témoignages, le souvenir de la marche était décrit dans le menu détail et de façon multi-sensorielle : « Je me souviens de mes bottes de caoutchouc et de mon imperméable rouge. Je me souviens du son des avions dans le ciel, du gargouillis du ruisseau devant lequel nous nous sommes arrêté/e/s, du son de nos pas dans la gravelle, du son de nos pas brisant de petites brindilles et branches sur le sol. » (Jesse) L’autre témoignage exprimait combien le souvenir de la marche a transformé de façon permanente le parc pour cette danseuse dans son expérience de cet espace au quotidien : « Je me souviens très clairement de notre marche à travers le ravin et j’habite maintenant très proche d’où nous avions débuté la marche – près de la section St-Clair West- et donc à chaque fois que j’y passe j’y repense. Quand je marche à travers le ravin je suis plus attentive aux sons et à combien ils varient à travers les saisons, grâce à ce projet de marche sonore. » (Tracey) Ces deux témoignages racontent différentes appropriations du même évènement, la première retournant aux souvenirs de la mémoire sensorielle et incarnée de la marche, selon une perspective personnelle, et la deuxième inscrivant le souvenir de la marche et poursuivant son impact sur les pratiques quotidiennes.

Une des deux danseuses a aussi mentionné combien la marche ainsi que la collaboration entre artistes de différentes disciplines a contribué à fonder «  une plus grande base d’expérience, de compréhension et de liens de relation à transposer dans la création. » Elle rajoute : « cela a aidé à créer une véritable expérience multimédia avec plusieurs couches. » (Tracey) Don Sinclair a aussi décrit cette collaboration interdisciplinaire comme « communiquant à travers différents moyens et modes durant le processus » ce qui procura au projet différentes « couches de connaissance ». Lors de sa conversation avec Andra McCartney, ils ont insisté sur le fait que les danseuses apportèrent une compréhension incarnée à la marche sonore et au processus de création, un type de connaissance avec lequel ils étaient peu familiers : « cela m’a rendue aussi attentive à la partie « marche » de la marche sonore qu’à celle de l’écoute, sur laquelle j’avais porté plus d’attention dans le passé, étant donné que j’étais issue du milieu de l’écologie sonore. » (Andra) Elle a aussi décrit comment cette collaboration avec des danseuses l’a aidé à prendre conscience des mouvements de chœur du groupe lors d’autres marches sonores qu’elle a guidées et à mieux transférer le contrôle de la marche, en suivant simplement ces impulsions en provenance du groupe.

La façon dont les danseuses engageaient physiquement leur corps dans une exploration commune de la marche a jeté l’ébauche d’une partition pour la performance. Les répétitions ont organisé les souvenirs des mouvements de chœur et des mouvements individuels explorés lors de la marche, générant une structure pour une performance improvisée. À travers notre échange, Jesse s’est rappelée avoir trouvé une lourde poignée de métal durant la marche, qui produisait un son qu’elle affectionnait particulièrement et avec lequel elle a beaucoup joué durant la performance. Les corps des danseuses communiquaient à travers leurs mouvements leurs souvenirs du paysage et de l’environnement sonore de la marche. Dans une conversation publiée en ligne sur le site de The Dance Current[1], Bee Pallomina (une autre danseuse qui a participé à ce projet de SI) décrit sa méthode de création pour une performance subséquente comme essayant de « se mouvoir comme un paysage, et non comme soi. » Peut-être que son expérience d’utilisation de la marche sonore comme processus créatif pour la performance-installation a nourri sa compréhension du concept de «  se mouvoir comme un paysage ». Ses intérêts artistiques démontrent sans aucun doute une affinité avec le travail produit pour Soundwalking Interactions.

À travers leur danse, les danseuses ont perpétué le souvenir du paysage et de l’environnement sonore de la marche et l’espace qu’elles ont ainsi créé fut à nouveau transformé par les projections qui remixaient leur mouvements lors de la performance-installation. Toute performance peut-elle être considérée comme la mémoire remixée d’un processus de création et de ses répétitions? Les traces de créations précédentes survivant à travers les performances subséquentes remixent elles-aussi, d’une certaine façon, ces souvenirs. Bien que les récits de souvenirs des performances soient considérées comme étant partiaux, une fois rassemblés ils peuvent apporter une perspective plus large sur les restes durables des performances et sur l’influence complexe des collaborations sur le travail artistique.

Lien vers les autres entrées sur la performance-installation de Dance Dramaturgy:

https://soundwalkinginteractions.wordpress.com/category/dance/

Pour plus d’information sur le travail des participants:

Andra McCartney:

http://coms.concordia.ca/faculty/mccartney.html

Don Sinclair:

http://www.yorku.ca/dws/research-creative.html

Tracey Norman:

http://traceynorman.com/home.html https://vimeo.com/92143980

Jesse Dell:

http://jessedell.com

http://www.jddance.ca

https://www.youtube.com/user/jessedell

Bee Pallomina:

http://www.thedancecurrent.com/review/understory-understory

[1]Voir Bee Pallomina sur sa performance The Understory: http://www.thedancecurrent.com/review/understory-understory

Advertisements

Dance Dramaturgy: Returning to the Memory of the Event/ Retour sur la mémoire d’un événement

February 18, 2014 Leave a comment

(Version française ci-dessous/ French version below)

How does one remember the experience of a soundwalk installation? How does the memory of a past work affect current creative processes? In the next few weeks, I will be contacting and dialoguing with participants of a performance-installation presented at York University for the Dance Dramaturgy conference (June 2011). I will engage with those participants in conversations about the memory of their experience, and for my next blog entry, I will respond to their accounts of those past events.

The Dance Dramaturgy performance-installation was a choreography structured by a soundwalk and by dancers improvising in a responsive environment. The performers’ movements activated edited sound excerpts from the walk in different sections of the installation and traces of those spatial explorations also appeared as colored projections onto a screen, creatively reinterpreting the dancers’ embodied memory of the soundwalk.

————————————————————–

Comment se remémore-t-on une participation à une installation de marche sonore? Est-ce que la mémoire d’un travail précédent affecte le processus créatif ? Au cours des prochaines semaines, j’entrerai en contact et dialoguerai avec les participants d’une performance-installation présentée à l’Université York et créée dans le cadre de la conférence Dance Dramaturgy  (juin 2011). Je m’engagerai avec ces participants dans des conversations sur le souvenir de leur expérience et lors de ma prochaine publication sur ce blog, je réagirai à leurs récits de ces évènements.

La performance-installation de Dance Dramaturgy proposait une chorégraphie structurée par une marche sonore et par l’improvisation de danseuses dans un environnement interactif. Les mouvements des danseuses activaient des extraits sonores modifiés de la marche dans différentes sections de l’installation et les traces de ces explorations spatiales apparaissaient comme projections colorées sur un écran, réinterprétant de manière créative le souvenir incarné des danseuses de leur marche sonore.

Links/Liens:

York University, Dance Dramaturgy

https://soundwalkinginteractions.wordpress.com/category/dance/

Same/même installation, Concordia University, workshop/atelier Canal Lachine:

https://soundwalkinginteractions.wordpress.com/2010/12/02/workshop/

https://soundwalkinginteractions.wordpress.com/2011/05/24/the-aural-experience-of-physical-space-–-an-interactive-installation/

Balade sonore / soundwalk Montreal

Balade sonore / soundwalk Montreal

23-03-13 14:00 – 16:30          March 23

Venez vous joindre au groupe de recherche “La marche sonore comme processus d’interaction” pour une balade sonore qui aura lieu dans le centre ville et le Quartier chinois, suivie d’une rencontre discussion. Nous nous donnons rendez-vous à la sortie de la station de métro St-Laurent, coin sud-est de Maisonneuve et St-Laurent. Beau temps mauvais temps! Gratuit!

Come join the Soundwalking Interactions team for a soundwalk in the downtown and Chinatown districts of Montreal, followed by a group discussion. We will meet at the exit of St-Laurent Metro station, on the South-East corner of Maisonneuve and St-Laurent. Free for everyone, whatever the weather is!

Le terroir sonore du phare de Lachine / The sonic terroir of the Lachine light-house

March 1, 2013 2 comments

Le terroir sonore du phare de Lachine / the sonic terroir of the Lachine light-house.

http://facs-newmedia.finearts.yorku.ca/andra/phare/terroir.html

This piece is based on soundwalks around the Lachine light-house just to the west of Montreal, 1999-2000. The water and pier surrounding the light-house invite all kinds of crossings: people eating lunch, fishers, sunset-watchers in their cars, ducks, swallows, boats, gulls, sparrows, wind gusting, waves and waves from the end of Lac St. Louis, sometimes frozen into fantastic ice-cubes that tinkle riotously against the rocks, sometimes coated with a thin creaking skin of ice. The light-house stands tall, blinking. Mostly this sentinel is locked but one day it is possible to enter. I remember how strikingly audible the presence of the light-house interior was. Inside, I wanted to name it: “this is the…” but my voice trails off as the rounded metallic interior speaks back to me. “Hello?” Walking by the shore, I discover an old chain and lift it up and down on the rock, imagining the many steel hulls that were tied to this bank with such chains, when it was an industrial port. The voice of the fisherman brings me back to the present “Bonjour!”

McCartney, Andra. “Le terroir sonore du phare de Lachine.” Peripherique. Curated by Nicole Gingras. Groupe Intervention Video, December 2000. http://www.givideo.org.

Deux ambiances au même moment / Two simultaneous ambiences

October 23, 2012 Leave a comment

At the Ambiances in Action conference, we decided to do two simultaneous soundwalks. In the past, walkers had sometimes been frustrated by Andra’s slow pace, which some described as ‘melancholic’! So we decided to offer two walks, one more slowly moving, and one at a faster pace. Andra’s slowly moving group went through back alleys to the university. David’s faster moving group went through the tunnel and down to the highway. Both returned for a discussion at the CCA, where we told each other where we had been and what we had heard, and then talked about common interests. Many of the participants already include walking in their creative practice, so there were many points of common interest.

Here are two videos, from the same moment of the walk, experienced by each group:

Lors de la conférence Ambiances en actes, nous avons décidé de faire deux marches sonores simultanées. Lors de marches antérieures, certains participants avaient mentionné qu’ils avaient été gênés par la lenteur du rythme de marche d’Andra, allant même jusqu’à le qualifier de mélancholique! Nous avons alors proposé deux maches, une plus lente et une plus rapide. Alors que le groupe d’Andra s’est rendu jusqu’à l’université Concordia par les ruelles, le groupe de David, plus rapide, a traversé l’autouroute et est revenu par le tunnel de la rue du Fort. Nos deux groupes cesont ensuite rejoints pour une discussion au CCA. Plusieurs participants avaient déjà inclus dans leur démarche créative l’utilisation de la marche, ce qui a nourri grandement la discussion.

Voici deux vidéos se déroulant au même moment, selon la perspective de chaque groupe:

           

Les balades de la Concorde, Laval, QC le 29 septembre, 2012

October 22, 2012 Leave a comment

Les balades de la Concorde

Andra McCartney

Laval, QC, le 29 septembre, 2012

The soundwalks at Metro de la Concorde in Laval by myself and Eric Leonardson were part of the Audioparc event, commissioned by Magali Babin for Galerie Verticale. These are some thoughts that I had about the location and process. Soundwalks, balades sonores.

Balade, balader.

J’aimerais proposer, comme traduction au terme « soundwalk », la notion de balade sonore. Au lieu de marche sonore, qui semble un peu militaire, ou bien promenade, qui suppose qu’on s’y montre soi-même au monde, ou bien dérive, comme chez les Situationistes où on est tout perdu, j’aime la notion de se balader, de faire une balade (avec la même racine que la balade musicale). Une balade est aussi une façon de ralentir. Une balade est un peu vague, lente. Pas exactement perdu, mais pas pressé du tout. Lente, attentive, alerte à tous les sons, avec tous les sens, toutes les sensations.

 

La balade sonore est une forme de création et une méthode de recherche qui utilise l’écoute et parfois l’enregistrement des sons d’un lieu exploré à pied. Chaque son peut y être considéré de façon musicale, comme outil mnémonique, ou bien comme source d’information sur l’environnement. Les sons concrets recueillis peuvent servir de point de départ à une conversation liant les dimensions épistémologiques, esthétiques et éthiques des lieux qu’ils remplissent; ces mêmes dimensions se retrouvent inévitablement dans les témoignages souvent détaillés des participants aux marches sonores ainsi qu’aux sessions d’écoute et installations qui en découlent

 

Écouter

Il y a plusieurs façons d’écouter. On peut écouter comme une musicienne, penser aux mélodies, aux harmonies et aux rythmes de l’environnement sonore, on peut créer une pièce musicale avec les sons entendus. On peu écouter sensuellement, comme une poète, en tentant de lier les sens, le toucher du son, les bruits des images, la saveur d’un lieu. On peut penser aux relations politiques entre les sons, lesquels masquent les lesqueles, lesquels sont le plus présent, le plus dominant. Puisque nous allons nous déplacer en groupe, nous pouvons aussi réfléchir à cette dynamique interne. Qu’est-ce qu’on peut entendre du groupe? Est-ce que ce format, ce structure fournit un cadre à notre écoute? On peut connecter l’écoute avec l’histoire, l’histoire spécifique d’un lieu ou l’histoire de sa culture, on peut imaginer son passé, les gens qui fréquentaient cet espace, les sons qui sont maintenant disparus, changés, amplifiés ou éteints.

 

On peut aussi créer des liens imaginaires, des ponts sonores entre différents lieux, des ressemblances sonores qui connectent des espaces séparés, créant ainsi des échos dans l’imagination, un lieu criant à l’autre, produisant dans l’imaginaire un paysage avec les couleurs, les teintes, les gestes sonores d’un idéal entre le lieu présent et l’imagination des autres lieux.

 

Et bien sûr on peut écouter comme un amant, une amante. On peut, comme le suggère la philosophe Luce Irigaray, réserver une certaine sorte d’attention, une certaine sorte d’écoute pour l’environnement sonore, qui ressemble à l’écoute que nous avons pour personne qu’on aime et qu’on voudrait comprendre, tout en sachant que la compréhension totale est impossible.

 

Avec le projet « la marche sonore comme processus d’interaction, »  nous voulons concentrer notre attention sur les participantes et participants des marches sonores, nous voulons parler avec eux pour connaître leurs différentes intentions, leurs réponses spécifiques à l’environnement sonore. 

 

J’ai balader moi-meme autour du métro plusieurs fois et j’ai écrit des idées qui s’agit de l’environnement sonore d’ici, et l’organisation des lieux pour piétons.

 

La route verte

Tout le monde aime la couleur verte. Comme ici, pres du métro, à la Route Verte, une piste cyclable aussi accessible aux piétons. Mais je me demande, qu’est-ce que « vert » signifie dans ce contexte? Un défilé étroit entre deux barrières, entre la voie ferrée et les stationnements privés, des barrières de sept à neuf pieds de hauteur, tout fait d’acier et de plastique. Peut-être que c’est une route verte de par son existence même, une voie qui permet aux cyclistes pour aller vite d’un lieu à un autre. Mais pour les piétons, mis à part un unique accès au coin de la rue, cette route n’a aucune issue, tout est barré, une longue route qui mène à la distance, sans échappement. 

 

La vue des grandes structures électriques me rappelle le lien entres les sons des insectes et ceux de l’électricité. Il y a beaucoup d’insectes qui résonnent ici, pres des structures: des cigales, des grillons, des sons qui me signalent la fin de l’été et le début de l’école. 

 

Je pense aux pistes et à ce qu’elles signifient. Il y a des pistes ornementales autour du métro, des pistes rouges qui se baladent en vagues autour de la place publique. Des pistes inutiles qui tournent en rond ou qui aboutissent à un mur. Est-ce que je vais écouter d’une façon différente selon la piste suivie? Mon écoute sera-t-elle plus ouverte ou plus linéaire? 

 

Ici on a différents modes de transport qui s’intègrent: le train, le métro, les autobus, les automobiles, les piétons, les cyclistes. Lesquels sont les plus importants dans le design du métro? Qui utilise les lieux? Selon mes observations, ce sont les cyclistes qui dominent en matinée, après 9h00. Le trafic automobile est toujours là comme ambiance. Il y a peu de mouvement dans le stationnement pendant la journée. Les piétons marchent d’une entrée a l’autre, mais il n’y a pas beacoup de gens qui fréquentent cette éspace ici, qui est si sympathique.

 

Un collier de perles.

On peut penser a la balade sonore comme une sorte de collier des perles, où chaque moment sonore devient une perle sur la ficelle. Des moment immobiles et silencieux, immobiles et commentés, mobiles et commentés, mobiles et silencieux. Chaque balade peut avoir une ficelle de moments uniques — quelques minutes à se promener silencieusement suivis de quelques minutes de commentaire en groupe immobile, suivi de quelques minutes sans commentaire, etc. Chaque possède une ambiance distincte, qu’il s’agisse des bruits du groupe en mouvement, des sons de l’environnement, des autres sensations, ou de l’effet des commentaires. 

 

Les discussions à la fin d’une balade sonore sont tellement importantes. Je m’intéresse beaucoup aux idées des gens qui participent aux balades, les différentes histoires sonores construites par chaque personne qui se promène avec moi, chaque baladeur et baladeuse. Quand on partage des idées en discussion on apprend beaucoup autour des expériences sonores si uniques et complexes du monde. Et ces discussions-ci deviennent le fondation des trames sonores qui sont montées sur notre site-web de recherche et de vidéos sur notre canal youtube, pour devenir une sorte de souvenir de cet évenement. 

 

Alors, j’ai hâte d’écouter et marcher et de parler avec vous de ça. Merci.

 

Marche sonore au 2e Congrès International sur les Ambiances

October 19, 2012 Leave a comment

Le jeudi 20 septembre 2012, le groupe La marche sonore comme processus d’interaction a pris part au 2e Congrès International sur les Ambiances qui avait lieu au Centre Canadian d’Architecture. Andra McCartney et moi-même avons organisé et mené deux marches sonores simultanées, accompagnés d’une douzaine de participants.

Nous avons marché en deux groupes distincts qui nous ont permis d’explorer une partie du centre-ville de Montréal durant environ 45 minutes. Nous nous sommes arrêtés à deux reprises pour de courtes discussions in situ durant lesquelles nous avons abordé notamment la question de l’écoute dans une situation de tourisme ou de premier contact avec le milieu, nous avons tenté de reconnaitre l’identité sonore de Montréal et les différentes séquences créées par notre mouvement à travers la ville ainsi que par les différentes configurations architecturales.  Nous avons traversé des espaces sonores très distincts, des ruelles tranquilles à la rue Ste-Catherine, du tunnel de la rue du Fort jusqu’au parc et aux jardins communautaires. Le groupe mené par Andra a emprunté quelques ruelles du centre-ville et a aussi visité des espaces intérieurs autour du campus de l’Université Concordia.

Après nous être retrouvés au CCA, nous avons eu une longue et fructueuse discussion pendant laquelle nous avons abordé les thèmes de la pollution sonore, des sonorités de chaque saison montréalaise ainsi que du rapport entre la qualité d’écoute et le sentiment d’insécurité. Entourés par la ville, notre attention alternait entre les bruits de la ville et du ciel, sirènes, trafic, le bruit du vent dans les feuilles d’automnes, avions qui passent, et les commentaires des participants. Ceux-ci nous ont révélé une écoute très détaillée, critique, réflexive, et ouverte à des sonorités parfois inconnues. Une certaine forme de confiance s’est très rapidement établie dans le groupe, ce qui créé une dynamique communicationnelle fort intéressante.

Le montage audiovisuel met en commun les deux enregistrements de nos marches simultanées, ainsi que de courts extraits des discussions que nous avons menées durant et après les marches sonores.