Home > Events, Listening, Presentations > Marche sonore au marché et au centre-ville de Hamilton

Marche sonore au marché et au centre-ville de Hamilton

An English version (and YouTube video) of this text can be found here

La marche sonore du marché Hamilton s’est déroulée dans le quartier entourant le marché du centre-ville d’Hamilton ainsi qu’au square Jackson, et s’est terminée dans le marché lui-même. Nous avons formé un seul groupe de 7 ou 8 personnes à travers rues et allées puis nous nous sommes arrêtés pour discuter. Nous avons ensuite formé de plus petits groupes pour traverser le marché, puis nous sommes réunis à nouveau de l’autre côté pour une autre discussion. Ces marches ont e lieu un vendredi après-midi (vers 15h00) et un samedi matin (vers 10h30). La marche du samedi a été enregistrées par Barb Woolner. Les groupes étaient constitués de quelques résidents qui fréquentent souvent le marché (une dame a mentionné qu’elle y venait 4 ou 5 fois par semaine), ainsi que de quelques visiteurs et nouveaux résidents. Les gens qui habitaient le quartier depuis longtemps ont pu discuter avec nous à propos du contexte historique du quartier et comment il a changé au cours des dernières années, alors que le marché a progressivement été recouvert et rénové. L’enregistrement sonore de la marche est envahi par le doux roulement d’un charriot d’emplettes tiré par l’un des participants. Les bruits des voitures qui passent semblent quant à eux s’étirer, à cause de l’eau qui s’accumule dans les rues en cette journée hivernale plutôt chaude.

Deux participants ont vite réalisés qu’ils avaient l’habitude de fredonner en marchant, un réflexe qui est devenu plus apparent dans le contexte de la marche en groupe. Lors de la discussion d’après-marche, plusieurs participants ont notés que leur écoute était plus attentive lors de la marche en groupe (en comparaison avec la marche en paires), mais que ce même groupe créait en eux une étrange sensation de conscience d’eux-mêmes. Si la tentation de parler est moins forte lors de la marche en groupe, au final cette absence de partage et de rétroaction semble moins profitable à la marche.

Quelques comparaisons ont été faites avec d’autres villes. Un participant a noté que les voitures sont plus âgées à Hamilton, ce qui modifie le bruit du trafic. Les gens semblent plus sociaux à Hamilton, leurs voix sont plus fortes qu’en d’autres lieux, comme à Montréal, où on entend moins les discussions et où les gens semblent se rapprocher pour discuter. Un autre participant a remarqué que certaines parties du square Jackson étaient plus intimes, de par la présence de plafonds abaissés qui encourageaient la discussion. Durant la marche du samedi, nous avons aussi remarqué le bruit insistant des semelles d’espadrilles qui grinçaient sur le plancher du centre commercial, provoquant un jeu de mot entre ‘squeakers’ et ‘sneakers’. Un autre participant a mentionné que l’espace autour des kiosques de légumes, qui attirent une grande foule, étaient plus vivant et bruyant. Les participants ont aussi mentionné l’omniprésence du bruit des réfrigérateurs, que la plupart n’avaient jamais remarqué auparavant. La marche du samedi a aussi été agrémentée de la musique d’un joueur de mandoline qui se mélangeait aux sonneries de l’horloge Birks ainsi qu’aux voix des commerçants et des passants.

Plusieurs participants ont constaté que leur sens de l’odorat s’aiguisait lors des marches sonores, ce que devenait encore plus apparent au marché. Vous remarquerez que l’on peut entendre, sur l’enregistrement sonore, de légers fredonnements d’appréciation émis par la personne qui documentait la marche. Lorsque l’on demande aux gens de concentrer leur attention sur un seul sens, cela provoque une hausse globale de la sensibilité des participants. Ceux-ci sont aussi plus alertes aux stimuli visuels ainsi qu’à leurs propres déplacements spatiaux, ce qui est probablement dû à leur vitesse de déplacement plus lente. Un grand nombre de participants ont souligné le plaisir qu’ils ont ressenti à prendre leur temps et à déambuler, pour un moment, sans horaire ou parcours précis. La marche se transforme en un espace et un moment liminaires, une expérience d’appréciation et d’exploration.

Advertisements
  1. No comments yet.
  1. February 5, 2014 at 1:50 pm

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: